Chargement en cours

Modélisation de la qualité de l'air

Le CEREA développe et met en oeuvre son propre système de modélisation numérique de la qualité de l'air , Polyphemus , qui est utilisé aussi bien pour des activités de recherche que pour des études appliquées. Polyphemus est utilisé, par exemple, pour des études de prospective (par exemple, l'effet de nouveaux carburants sur la qualité de l'air), des études d'impact d'émissions industrielles ou de nouvelles infrastructures routières, la prévision de la qualité de l'air, la dispersion de la radioactivité suite à un accident nucléaire et la pollution transfrontière à l'échelle continentale (par exemple, pour le mercure et d'autres métaux lourds, les polluants organiques persistants et les pluies acides). Plusieurs partenariats sont en place avec l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), l'Institut de l'environnement industriel et des risques (INERIS) et le Centre d'études techniques de l'équipement (CETE) de la région Nord-Picardie, ainsi qu'avec la Division "recherche et innovation" du ministère de l'Écologie (MEDDTL). De nouveaux développements sont continuellement en cours afin de maintenir les modèles à un niveau correspondant à l'état de l'art. Les activités actuelles ciblent l'amélioration des modèles de dispersion des émissions du trafic routier et des cheminées afin de mieux estimer les impacts potentiels de ces sources de pollution sur la qualité de l'air et la comparaison de divers algorithmes pour simuler la formation de l'ozone et des particules atmosphériques et la dispersion des polluants. Un programme important est en cours pour améliorer les modèles existants pour la simulation des particules atmosphériques, en particulier les aérosols organiques secondaires et les particules ultrafines (nanoparticules).