Chargement en cours

Vendredi 14 juin à 14h00: soutenance de la thèse de Cédric Dall'Ozzo.

Retour
ven. 14 juin 2013

Titre de la thèse: Modélisation d'écoulements atmosphériques stratifiés par simulation des grandes échelles à l'aide de Code_Saturne.

Lieu de la soutenance: au 19, rue Alfred Nobel, FR-77420 Champs-sur-Marne, dans l'amphithéatre Freyssinet (bâtiments Nobel)

Jury:

  • Pr. DUPONT Sylvain, Directeur de recherche, INRIA (rapporteur)
  • Pr. STAQUET Chantal, Professeur des universiés, Université Joseph Fourier - Grenoble I (rapporteur)
  • Pr. SAGAUT Pierre Professeur des universités, Classe exceptionnelle, Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 (examinateur)
  • Pr. CALMET Isabelle, Maitre de conférences, Ecole Centrale de Nantes (examinatrice)
  • Pr. LAURENCE Dominique, Professeur University of Manchester (examinateur)
  • Dr. CARISSIMO Bertrand, CEREA (directeur de thèse)
  • Dr. MILLIEZ Maya, CEREA (co-directrice de thèse)

Résumé :

La modélisation par simulation des grandes échelles (Large-Eddy Simulation - LES) des processus physiques régissant la couche limite atmosphérique (CLA) demeure complexe de part la difficulté des modèles à capter l'évolution de la turbulence entre différentes conditions de stratification. De ce fait, l'étude LES du cycle diurne complet de la CLA comprenant des situations convectives la journée et des conditions stables la nuit est très peu documenté. La simulation de la couche limite stable où la turbulence est faible, intermittente et qui est caractérisée par des structures turbulentes de petite taille est tout particulièrement compliquée. En conséquence, la capacité de la LES à bien reproduire les conditions météorologiques de la CLA, notamment en situation stable, est étudiée à l'aide du code de mécanique des fluides développé par EDF R&D, Code_Saturne.

Dans une première étude, le modèle LES est validé sur un cas de couche limite convective quasi stationnaire sur terrain homogène. L'influence des modèles sous-maille de Smagorinsky, Germano-Lilly, Wong-Lilly et WALE (Wall-Adapting Local Eddy-viscosity) ainsi que la sensibilité aux méthodes de paramétrisation sur les champs moyens, les flux et les variances est discutées.

Dans une seconde étude le cycle diurne complet de la CLA pendant la campagne de mesure Wangara est modélisé. L'écart aux mesures étant faible le jour, ce travail se concentre sur les difficultés rencontrées la nuit à bien modéliser la couche limite stable. L'impact de différents modèles sous-maille ainsi que la sensibilité au coefficient de Smagorinsky ont été analysés. Par l'intermédiaire d'un couplage radiatif réalisé en LES, les répercussions du rayonnement infrarouge et solaire sur le jet de basse couche nocturne et le gradient thermique près de la surface sont exposées. De plus l'adaptation de la résolution du domaine à l'intensité de la turbulence et la forte stabilité atmosphérique durant l'expérience Wangara sont commentées. Enfin un examen des oscillations numériques inhérentes à Code_Saturne est réalisé afin d'en limiter les effets.